Loading...

Accueil » Actualités » Flora López Castrillo, grande figure du symbolisme espagnol du début du XXe siècle

Flora López Castrillo, grande figure du symbolisme espagnol du début du XXe siècle

L’artiste symboliste, Flora López Castrillo, était bien plus que la fidèle disciple d’Antonio Muñoz Degrain.

Dans les dernières décennies du XIXe siècle, la présence des femmes artistes dans les expositions et les concours participatifs s’est accrue, un fait qui a commencé à leur donner un certain critère et une certaine validité aux yeux des critiques et des autres artistes.

Cependant, la lutte constante pour obtenir la reconnaissance artistique des femmes était conditionnée par certains critères qu’elles devaient remplir, indépendamment de leur statut social. Il s’agit par exemple de peindre ou de sculpter selon des canons très précis enseignés dans les écoles ou de se conformer à des genres tels que les fleurs ou les natures mortes. Ces styles picturaux étaient directement attribués aux femmes afin de se conformer à la « finesse » et à la « délicatesse » qu’elles affichaient socialement.

Malgré les circonstances, de nombreuses femmes courageuses sont allées au-delà de ces stipulations et ont représenté des scènes historiques, des scènes de guerre, des portraits, des paysages et des marines, comme ce fut le cas de Flora López Castrillo.

On sait très peu de choses sur la peintre avant 1905, année où elle commence ses études à l’Escuela Especial de Pintura, Escultura y Grabado (l’École spéciale de peinture, de sculpture et de gravure) de Madrid, jusqu’en 1911. L’école était une extension des enseignements artistiques destinés en particulier aux femmes de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando (l’Académie royale des Beaux-Arts de San Fernando). L’éducation artistique était donc basée sur les principes académiques hérités de l’École des Beaux-Arts de Paris.

Très tôt, Flora se distingue par ses paysages et devient l’une des rares femmes artistes du début du XXe siècle à se consacrer à ce genre artistique, principalement dérivé des paysages marins. Ce type de genre était plus populaire parmi les femmes artistes en France et en Angleterre.

Dès le début, la peintre s’est distinguée par son style caractéristique, si bien qu’elle a commencé à remporter des prix dans tous les concours auxquels elle a participé et dans les sujets qu’elle a étudiés. À la fin de ses études, elle a obtenu des mentions dans toutes ses matières.

Très vite, Flora rencontre dans ses cours l’artiste valencien Antonio Muñoz Degrain, qui voit en elle quelque chose de différent et l’invite à rejoindre les étudiants de son atelier privé. Au fil du temps, Flora est devenue l’élève préférée du peintre. Selon le témoignage de l’artiste, il considérait Flora López comme son unique disciple.

La peintre espagnole a suivi les traces de son maître au fil des ans jusqu’à ce qu’elle adapte et fusionne son style symboliste caractéristique avec les coups de pinceau de Muñoz Degrain.

En 1920, Flora López commence à enseigner le dessin et la peinture à l’Escuela del Hogar y Profesional de la Mujer (École du foyer et de la profession de la femme), dont l’objectif était de former les femmes pour qu’elles puissent « remplir » le rôle de mères et de femmes au foyer, mais aussi de les former à un métier afin qu’elles puissent gagner leur vie. L’artiste a donné des cours d’art jusqu’en 1948, date à laquelle elle a été contrainte de prendre sa retraite à l’âge de 70 ans.

 

  • © 2022 - Museu Carmen Thyssen Andorra
  • Av. Carlemany, 37 - AD700 Escaldes-Engordany
  • Principat d'Andorra
  • Emplacement

Disseny web: Qucut Produccions + Marc Julià Disseny gràfic: Laura López Martí