Loading...

Accueil » Actualités » Visite guidée : « Caña » 1956 – 57, Antonio Saura

Visite guidée : « Caña » 1956 – 57, Antonio Saura

Le Museu Carmen Thyssen Andorra vous propose cette semaine une nouvelle visite guidée d’une œuvre particulière de l’exposition « INFLUENCERS dans l’art. De Van Goyen au Pop Art », que vous pourrez découvrir de chez vous.

Aujourd’hui, le Museu Carmen Thyssen Andorra vous invite à découvrir une œuvre de la collection Carmen Thyssen-Bornemisza « Caña », 1956 – 57, de l’artiste espagnol Antonio Saura.

Grand représentant de l’abstraction lyrique et de l’expressionnisme abstrait, Antonio Saura, né le 22 septembre 1930 et décédé le 22 juillet 1998, commence sa carrière en 1947, après avoir passé 5 ans alité à cause d’une tuberculose. Artiste autodidacte, son premier style se rapproche du surréalisme qu’il illustre principalement par des paysages oniriques pleins de couleurs vives. C’est durant son second voyage à Paris, en 1954, que Saura commence à peindre de manière plus organique et explore la technique du grattage. En 1956, en pleine période de recherche visuelle et technique, le peintre se rapproche de sa maturité esthétique ainsi que de son thème de prédilection : la figure humaine, et particulièrement la femme.

Son style, en opposition avec ses premières œuvres, est caractérisé par sa viscéralité et sa réduction chromatique au blanc et au noir. Saura créer un langage personnel et plastique, rythmé par une gestuelle énergique et des lignes courbes qui construisent et déconstruisent le corps humain. L’œuvre « Caña », qui date de l’une des périodes les plus riches de l’artiste, en est le parfait exemple.

Nous vous laissons donc profiter de cette œuvre hors du commun, support d’un nouveau type de figuration, qui ne cesse d’impacter les visiteurs du Museu Carmen Thyssen Andorra.

 

Bonne visite !

  • © 2020 - Museu Carmen Thyssen Andorra
  • Av. Carlemany, 37 - AD700 Escaldes-Engordany
  • Principat d'Andorra
  • Emplacement

Disseny web: Qucut Produccions + Marc Julià Disseny gràfic: Laura López Martí